Verisimilitudo


※上記の広告は60日以上更新のないWIKIに表示されています。更新することで広告が下部へ移動します。


Quoique la mer paroisse agitée, on y voit toutes ces divinités dans un repos parfait & assés peu vrai-semblable. Le Peintre a donné à ces beautés maritimes toutes les graces de celles de la terre.
海が荒れているように見えるにもかかわらず、神々は完全に平静な状態にあって、やや真実らしさに欠ける。この画家は海に棲む女たちに対して、地上の美人の魅力のすべてを与えたのだ。


[author unknown], Encyclopédie, art. Probable, XIII, 1765, p. 400.
PROBABLE, adj. (Gram.) ce qui peut se prouver, voyez Preuve, ce qui a de la vrai-semblance, de la probabilité. Voyez l'article précédent.
18世紀においては、ル・シッド論争以降のvraisemblanceをめぐる高度な議論は陰を潜め、vraisemblanceは殆どprobabilitéと同一視されるようになる。


Jaucourt, Encyclopédie, art.Vraisemblance, XVII, p. 484.
Vraisemblance, (Poésie.) La premiere regle que doit observer le poëte, en traitant les sujets qu'il a choisis, est de n'y rien insérer qui soit contre la vraisemblance. Un fait vraisemblable est un fait possible dans les circonstances où on le met sur la scène. Les fictions sans vraisemblance, & les événemens prodigieux à l'excès, dégoûtent les lecteurs dont le jugement est formé. Il y a beaucoup de choses, dit un grand critique, où les poëtes & les peintres peuvent donner carriere à leur imagination; il ne faut pas toujours les resserrer dans la raison étroite & rigoureuse; mais il ne leur est pas permis de mêler des choses incompatibles, d'accoupler les oiseaux avec les serpens, les tigres avec les agneaux.
Sed non ut placidis coeant immitia, non ut Serpentes avibus geminentur, tigribus agni. Art poétiq. v. 14.
Si de telles licences révoltantes sont défendues aux poëtes, d'un autre côté les événemens où il ne regne rien de surprenant, soit par la noblesse du sentiment, soit par la précision de la pensée, soit par la justesse de l'expression, paroissent plats; l'alliance du merveilleux & du vraisemblable, où l'un & l'autre ne perdent point leurs droits, est un talent qui distingue les poëtes de la classe de Virgile, des versificateurs sans invention, & des poëtes extravagans; cependant un poëme sans merveilleux, déplaît encore davantage qu'un poëme fondé sur une supposition sans vraisemblance.
Comme rien ne détruit plus la vraisemblance d'un fait, que la connoissance certaine que peut avoir le spectateur que le fait est arrivé autrement que le poëte ne le racconte; les poëtes qui contredisent dans leurs ouvrages des faits historiques très connus, nuisent beaucoup à la vraisemblance de leurs fictions. Je sais bien que le faux est quelquefois plus vraisemblable que le vrai, mais nous ne réglons pas notre croyance des faits sur leur vraisemblance métaphysique, ou sur le pié de leur possibilité, c'est sur la vraisemblance historique. Nous n'examinons pas ce qui doit arriver plus probablement, mais ce que les témoins nécessaires, & ce que les historiens racontent; & c'est leur récit, & non pas la vraisemblance, qui détermine notre croyance. Ainsi nous ne croyons pas l'événement qui est le plus vraisemblable & le plus possible, mais ce qu'ils nous disent être véritablement arrivé. Leur déposition étant la regle de notre croyance sur les faits, ce qui peut être contraire a leur déposition, ne sauroit paroître vraisemblable: or comme la vérité est l'ame de l'histoire, la vraisemblance est l'ame de la poésie.
Je ne nie pas néanmoins qu'il n'y ait des vraisemblances théatrales, par exemple en matiere d'opéra, auxquelles on est obligé de se prêter; en accordant cette liberté aux poëtes, on en est payé par les beautés qu'elle le met en état de produire. Il y a des vraisemblances d'une autre espece pour l'épopée; cependant il faut dans ce genre même, rendre par l'adresse & le génie, les suppositions les plus vraisemblables qu'il soit possible, comme Virgile a fait pour pallier la bisarrerie de ce cheval énorme que les Grecs s'aviserent de construire pour se rendre maîtres de Troie.
Ces réflexions peuvent suffire sur la vraisemblance en général, la question particuliere du vraisemblable dramatique a été traitée au mot Poésie dramatique. (D. J.)




******************************